Château-Musée d’Arts et Traditions Populaires

Une collection ethnographique

M0354_2011_013_12

Intérieur paysan, XIXème siècle.

Le Musée départemental Albert et Félicie Demard – Arts et Traditions Populaires – s’installe officiellement dans le château de Champlitte en 1957 et devient la propriété du Département de la Haute-Saône en 1963.

Le musée offre un aperçu de la société rurale au tournant du XIXème siècle. La scénographie, basée sur des reconstitutions d’intérieurs paysans, d’ateliers de travail et de commerces, plonge le visiteur dans une communauté villageoise où rites et croyances populaires rythmaient le temps.

Chaque année, une exposition temporaire est présentée dans les salons situés au rez-de-chaussée du château. S’ajoutent également de nombreuses animations liées, entre autres, aux manifestations culturelles nationales : la Nuit des Musées, Les Journées européennes du Patrimoine ou encore le Mois du Film documentaire.

Un château classé monument historique

Château de Champlitte

Château de Champlitte

Vers 1565, le château médiéval de Champlitte est agrémenté d’une aile Renaissance voulue par François de Vergy (1530-1591), seigneur puis comte de Champlitte (1574). Lieutenant général du comté de Bourgogne, il confie cette réalisation à Nicolas Moris. Dans le style d’ensemble, les influences flamandes sont fortes. Néanmoins, le décor traduit un vocabulaire provincial où les thèmes développés s’apparentent à des motifs de tapisserie et de gravures. Un véritable art renaissant fleuri typiquement local apparaît.

La guerre de Dix ans (1634-1644) apporte son lot de destructions, notamment en 1638 où le château, l’église et la ville sont incendiés.

Au XVIIIème siècle, la famille Toulongeon acquiert le château. Il est détruit accidentellement par un incendie en 1751. Jean François de Toulongeon (1702-1780) confie à l’architecte comtois Colombot la reconstruction de l’aile sud (1765-1768). Son fils Hyppolite Jean René de Toulongeon (1739-1801) désigne l’architecte Bertrand pour terminer le château de Champlitte (1781-1782).

En 1804, l’ultime grand aménagement intérieur est la pose de papiers peints panoramiques (Les Sauvages de la mer Pacifique) sur les murs du salon ovale du rez-de-chaussée.

En 1825, les héritiers Toulongeon cèdent le château à la commune de Champlitte qui y installe la mairie, une école puis un collège. Il est classé monument historique en 1909. A partir de 1957, il est dédié au patrimoine ethnographique de la région de Champlitte et plus généralement de la Haute-Saône. Devenu départemental dès 1963, le musée occupe complètement l’édifice.

Depuis 2008, des jardins « à la Française » ont été aménagés et agrémentent la cour d’honneur du château.